Danger de la grippe A-H1N1 porcine pour la Messe

DANGER ET PRÉCAUTION POUR LA MESSE

À l’occasion de l’épidémie, les chrétiens pratiquants se posent des questions : y-a-il un danger de contagion de la grippe A-H1N1 à l’église pour la messe ou au temple protestant ? Peut on aller à l’église malgré la grippe A ? Le baiser de paix est-t-il dangereux ? La communion donne-t-elle la contagion ? L’eau du bénitier a-t-elle le virus ? Les autorités ecclésiastiques, les évêques et les curés, réfléchissent à leur responsabilité. Faut-il prendre des précautions contre la grippe porcine à la messe ou au culte protestant ? Quelles sont les précautions, les mesures à prendre contre le danger de contagion de la grippe porcine A-H1N1 ? Le danger de contagion de la grippe A-H1N1 à la messe ayant plusieurs aspects, faut il donner des directives pour la messe : la communion, le baiser de paix, l’usage de l’eau bénite et même l’assistance à la messe le dimanche.

1. La communion sur la langue

Au cours des messes paroissiales, beaucoup de personnes souhaitent recevoir la communion dans la bouche sur la langue. En raison du danger de la grippe A-H1N1, la communion dans la bouche sur la langue pourrait être un danger de contagion. Il sera souhaitable de donner et de recevoir la communion dans la main, malgré les réactions des chrétiens traditionalistes. Évidemment les ministres de la communion devront s’être préalablement lavé les mains. cette directive a déjà été prise dans beaucoup de pays, en Angleterre, au Portugal, à Malte, aux Philippines, à La Réunion.

2. La communion au calice

Parfois on offre aux fidèles, de boire une gorgée de vin à même le calice. Ce dernier passe ainsi de bouche en bouche lors de la messe ou du culte protestant. La communion au calice présente un danger de contagion. Pendant la vague de pandémie, à cause du danger de la grippe A-H1N1, la communion au calice doit donc être suspendue. Il s’agit d’éviter la propagation de l’épidémie. Il faut renoncer à donner la communion sous les deux espèces, en buvant à la même coupe. À l’époque de l’épidémie de peste bubonique, permission était donnée de n’utiliser qu’une forme de communion. Il vaudrait mieux que les prêtres aussi ne boivent pas au même calice.

3. Le geste de paix, le baiser de paix

Avant la communion on échange un geste de paix en se serrant la main, en se donnant une poignée de main ou en se donnant un baiser de paix. En raison du danger de la grippe A-H1N1 ce geste de paix, le baiser de paix ne doit pas être fait. Le baiser de paix présente en effet un danger de contagion par le contact physique. Le baiser de paix peut être contagieux. On peut le remplacer par un signe de tête et un sourire amical. On peut aussi s’incliner comme en Asie, se donner une petite tape sur l’épaule ou à se saluer verbalement. Il est conseillé aussi de ne plus se serrer la main. - Il en est ainsi dans une église de Paris, en Suisse, au Portugal, au Brésil, à La Réunion, au Québec

4. Se serrer la main, s’embrasser, se donner l’accolade à l’église et à la sortie

Aux portes de l’Église à la sortie de la messe du dimanche on échange avec ses connaissances et il est bon de se serrer la main, de s’embrasser, de se donner l’accolade. Mais il est important d’accueillir des gens que l’on ne connait pas et les nouveaux arrivants à la paroisse. C’est un témoignage de fraternité. Pendant l’épidémie à cause du danger de la grippe A-H1N1, se serrer la main, se donner l’accolade, s’embrasser doit être évité par le prêtre et les fidèles pour le risque de contagion.

5. L’assistance à la messe et au culte

Les personnes présentant des symptômes de la maladie sont priées de ne pas participer aux célébrations communautaires, de s’abstenir de l’assistance à la messe le dimanche et au culte dans les églises et les temples protestants ainsi qu’aux réunions et rassemblements pour ne pas transmettre le virus. Il y a en effet un risque de contagion de la grippe A-H1N1 à la messe à l’église. En raison du danger de la grippe porcine la messe ou le culte peut être dangereux. Plutôt que l’assistance à la messe le dimanche, il vaut mieux regarder la messe à la télévision en y participant par la prière. Le masque de protection respiratoire contre le virus, pour la messe dans une église ou pour un culte dans un temple protestant, n’est utile que dans certains pays ou la situation est plus grave comme le Mexique ou La Réunion.

PRÉCAUTION CONTRE LA GRIPPE À L’ÉGLISE

6. L’eau dans les bénitiers

Certaines églises disposent d’un bénitier pour l’eau bénite à proximité de la porte d’entrée de l’église, et les gens sont invités à y tremper un doigt et à faire le signe de croix en souvenir de leur baptême. En raison du danger de la grippe A-H1N1, l’eau dans les bénitiers peut facilement devenir une source de contamination et un moyen pour le virus de se propager rapidement. On conseille de ne plus mettre d’eau dans les bénitiers et d’enlever l’eau bénite qui s’y trouve. Cela a été fait en Angleterre, au Québec, à La Réunion, à l’île Maurice.

7. Aspersion avec un goupillon aux obsèques

À la fin des obsèques, l’assemblée asperge le cercueil d’eau bénite. On fait l’aspersion avec un goupillon placé au pied du cercueil. Au cas ou l’épidémie se diffuserait, le goupillon aux obsèques ne devrait pas passer de main en main à cause du risque et du danger de la grippe A-H1N1. On pourrait inviter les personnes à se signer devant le cercueil comme cela a été fait dans les diocèses de Dijon et de Nanterre.

8. Participation au catéchisme

Concernant la participation au catéchisme, si l’épidémie se développe dans les écoles environnantes et que l’on ferme des classes, en raison du risque de contagion de la grippe porcine la participation au catéchisme pourra être suspendue.

MESURES DE PROTECTIONS DANS DIFFÉRENTS PAYS

1. Directives et prières des autorités ecclésiastiques en France

En France, selon la Conférence des évêques de France « Pour le moment,en septembre 2009, il n’y a pas d’inquiétude en France métropolitaine et les mesures de prévention n’ont pas encore été mises en œuvre », affirme la chargée des relations avec la presse pour la Conférence des évêques de France (CEF).

Le Diocèse de Paris

Dans une église parisienne, le curé a annoncé à ses fidèles que désormais l’hostie ne serait plus portée à la bouche, mais passerait par la main. De plus à cause de la contagion de la grippe A-H1N1 et du danger de la grippe porcine le geste de paix consisterait désormais en un signe de la tête et non donner une poignée de main ou un baiser de paix.
À Lyon le cardinal Barbarin a prié mardi 8 septembre pour "la grâce de la paix intérieure et de l’espoir", face au danger de la grippe porcine et au risque de pandémie, lors d’une cérémonie rassemblant des élus locaux.
Dans les diocèses de Dijon et de Nanterre des mesures contre l’épidémie ont été décidée à cause du danger de la grippe A-H1N1.

2. En Europe

La Grande-Bretagne est de loin le pays d’Europe le plus touché par la pandémie. Jeudi 23 juillet 2009, les archevêques de Canterbury et de York, dans une lettre adressée à tous les évêques de leur Église, ont recommandé aux 16.000 paroisses anglaises de suspendre l’usage de la communion au calice.
Mi-juillet 2009, à cause de la contagion de la grippe A-H1N1 porcine l’eau dans les bénitiers a été enlevée. L’évêque de Chelmsford conseille de ne plus mettre d’eau bénite dans les bénitiers pour tenter d’enrayer la pandémie au Royaume-Uni. L’archevêque de Westminster primat de l’Église catholique d’Angleterre a édicté quelques règles en vue d’éviter le risque de contagion lors des célébrations. Il demande ainsi que l’on renonce à donner en précaution contre la grippe A-H1N1 la communion sous les deux espèces, en partageant la même coupe. En conséquence du danger de la grippe porcine la communion dans la bouche, doit faire place à la communion dans la main.
En Suisse, le 25 septembre 2009 La Conférence des évêques suisses a rédigé des mesures de prévention en vue d’une protection en cas d’épidémie. Dans le canton de Zurich, l’Église catholique romaine, recommande que à cause la contagion de la grippe A-H1N1 le geste de paix, se serrer la main, soit évité durant les célébrations paroissiales et propose de le remplacer par un signe de tête à cause du danger de la grippe A-H1N1 et des risques de contagion.
Au Portugal, à cause de la contagion de la grippe porcine la messe du dimanche a été modifiée dans certains rituels des célébrations paroissiales pour éviter la transmission du virus. L’Église recommande notamment à ses curés de ne pas donner la communion sur la langue, mais de donner l’hostie dans la main des fidèles, "l’hostie sera donnée dans la main et les curés devront purifier très bien leurs mains". En raison du danger de la grippe A-H1N1, le geste de paix, le baiser de paix ou se serrer la main sera remplacé par un simple salut de la tête. Comme précaution contre la grippe A, l’eau des bénitiers devra être enlevée.
À Malte la décision a été prise par l’évêque de Gozo : en raison du danger de la grippe porcine la communion ne doit pas être reçue par la bouche pour contenir la propagation du virus.
L’archevêque de Naples, en raison du danger de la grippe A-H1N1, a interdit aux fidèles d’embrasser le reliquaire renfermant les ampoules contenant le sang de San Gennaro (Saint Janvier), qui attirent chaque année des milliers de fidèles.

3. Dans le monde

Au Mexique, la pandémie est très importante. Plusieurs églises de Mexico ont dû interrompre la célébration du culte en avril 2009 à cause du virus. Des fidèles portent le masque durant les cérémonies paroissiales dans la cathédrale métropolitaine de Mexico. Il y a un risque de contagion de la grippe A-H1N1 à l’église. Le pape Benoît XVI a dit prier pour les victimes et leurs familles
Au Brésil à Saulo Paulo, à cause du danger de la grippe A-H1N1, le baiser de paix doit être supprimé. Les fidèles ne doivent plus se faire d’accolades, s’embrasser ou se serrer la main. Mais des fidèles ont exprimé leur désaccord.
Aux Philippines, dans le diocèse de Manille, une prière spéciale pour demander à Dieu sa protection contre le virus a été introduite. Il a aussi été décidé, le 9 juin 2009, que en précaution contre la grippe A porcine la communion doit être donnée uniquement dans la main, et non pas sur la langue dans la bouche.
À La Réunion, dans la paroisse de Saint-Denis, à cause de la contagion Mgr Aubry a communiqué des mesures de prévention à respecter au sein des 26 paroisses de l’île. En pleine crise du chikungunya à la Réunion, toutes les églises avaient eu pour mot d’ordre de vider tous les bénitiers présents à l’entrée des lieux de culte. Par précaution contre la grippe A, la communion dans la bouche ne se fait plus. Les paroissiens communient en recueillant l’hostie dans leurs mains. De même, en précaution contre la grippe A le geste de paix du Christ a été supprimé. « Les prêtres, diacres et animateurs de célébration malades ne doivent pas officier ».
À l’île Maurice devant l’évolution du virus, l’Église catholique a demandé à tous les fidèles présentant des symptômes de la maladie reconnus par un médecin de ne pas participer aux célébrations communautaires ni aux réunions et rassemblements, dans un communiqué diffusé vendredi par l’évêché de Port-Louis. Dans les églises, en précaution contre la grippe A porcine l’eau dans les bénitiers a été enlevée et l’approvisionnement en eau des bénitiers a été supprimé.
Au Québec, A cause du danger de la grippe A-H1N1 porcine l’eau dans les bénitiers a été enlevée. Comme précaution contre la grippe A-H1N1 le geste de paix, et particulièrement se serrer la main, n’a plus lieu.
Dans l’unité pastorale de Charlevoix la plupart des bénitiers ont été vidés de leur eau. L’échange de paix est aussi proscrit dans sa forme habituelle, soit la poignée de main échangée en fin de messe le dimanche. Les paroissiens sont plutôt invités à se donner une petite tape sur l’épaule ou à se saluer verbalement.

PRIÈRES

Alors que beaucoup de mesures de protection ont été prise, il y a peu d’appel à la prière contre l’épidémie. Le pape Benoît XVI a dit prier pour les victimes et leurs familles au Mexique. Un rabbin israélien préconise la prière contre l’épidémie. Les fidèles font des prières dans les églises contre l’épidémie.

  • Bénitier vide dans la catédrale de Quebec

  • A Mexico, le prêtre porte un masque

  • Dans les quelques églises ouvertes, les Mexicains, masque sur la bouche, prient pour que la menace du virus cesse

    Partager cet article :

Vous souhaitez contacter le Cybercuré ?

Vous avez aimé cet article ?

Le Cybercuré
Iconographie

Cybercuré remercie particulièrement ces personnes pour leur contribution au graphisme et aux photos du site.

Banque d'images religieuses Visiter le site

Photos de Muriel Bergasa Visiter le site

Les archives de Cybercuré

Accès aux actualités archivées du site

Cliquez ici

Accès à l'ancien site

Cliquez ici