Conditions du mariage catholique

Les conditions religieuses du mariage catholique

Les conditions du mariage catholique sont très diverses et de natures multiples. Il y a des conditions humaines (comme l’âge et la loi civile) et des conditions religieuses : sacrements reçus, état libre (divorcé), engagement pour le baptême des enfants. Certains empêchements de mariage sont absolus et d’autres peuvent bénéficier de dispenses.

L’âge du mariage au minimum 16 ans accomplis pour l’homme et 14 ans accomplis pour la femme.

1. Faut-il être baptisé pour se marier dans une église ?

En principe, il faut être baptisé pour se marier religieusement. Cependant une personne non chrétienne peut se marier si elle épouse quelqu’un qui est baptisé. Cependant il faut que la paroisse demande à l’évêché une dispense qu’on désigne du nom un peu surprenant de "dispense de disparité de culte". Elle est pratiquement toujours accordée. La personne non chrétienne doit être en accord avec les éléments essentiels du mariage chrétien (liberté, fidélité, indissolubilité et ouverture à la fécondité) et s’engager à respecter la foi de son conjoint.

Si aucun des deux partenaires n’est chrétien, il n’est pas possible de se marier, car il faut être baptisé pour recevoir un sacrement.

2. Faut-il être croyant pour se marier dans une église ?

Une personne non croyante peut se marier à condition qu’elle soit en accord avec les éléments essentiels du mariage chrétien (liberté, fidélité, indissolubilité et ouverture à la fécondité) et qu’elle s’engage à respecter la foi de son conjoint.

3. Faut-il être confirmé pour se marier dans une église ?

En principe, il faut avoir reçu le sacrement de confirmation pour se marier religieusement. La confirmation donne les moyens de vivre pleinement le mariage. Le code de droit canonique demande que l’on n’admette pas au mariage des fiancés non confirmés sauf si il existe " un grave inconvénient " (canon 1065). - En France, où la confirmation est conférée à l’adolescence, beaucoup de jeunes ne sont pas confirmés et il y aurait un grave inconvénient à exiger la confirmation. Cependant il serait souhaitable que la personne non confirmée profite de cette occasion pour préparer et recevoir la confirmation.

Pour les mariages qui ont lieu dans des pays comme le Portugal, l’Espagne ou l’Italie, où la confirmation est donné à l’âge du catéchisme, il est nécessaire de s’informer de la pratique locale. Dans le cas où il y aurait des difficultés, il faudrait que le prêtre qui prépare le mariage en France écrive au prêtre qui célèbrera le mariage pour lui dire qu’il y aurait "un grave inconvénient" d’exiger la confirmation.

4. Faut-il être marié civilement pour se marier dans une église ?

En France, il est interdit de se marier religieusement tant qu’on est pas marié civilement et ce depuis la loi de séparation de l’Église et de l’État en 1904. C’est une condition du mariage obligatoire selon la loi française. Les prêtres qui dérogeraient à cette règle encourraient des sanctions pénales (code pénal art. 433.21). Mais il n’en est pas de même dans d’autres nations où l’on peut choisir entre le mariage civil et le mariage religieux.

5. Est-il possible pour un divorcé de se remarier religieusement ?

Non, il est déjà marié dans une église et le lien sacré du mariage chrétien n’est pas rompu par le divorce. Pour se marier à l’église, il faut que les deux partenaires ne soient pas déjà mariés à l’église. Cette condition du mariage est absolue. Mais si le premier mariage était seulement civil, il peut alors se marier religieusement. Cependant l’Église considère comme valide le mariage civil de deux non-baptisés (cf. le Directoire Canonique et Pastoral pour les Actes administratifs des sacrements).

6. Est-il possible pour un veuf ou une veuve de se remarier religieusement ?

C’est possible, car le sacrement de mariage est pour la vie terrestre. Si l’un meurt, l’autre peut se remarier. On s’engage seulement pour la vie terrestre du couple. Le lien du mariage n’existe plus dans la vie éternelle. Jésus en effet a dit "À la résurrection, on ne prend ni femme, ni mari, on est comme les anges dans le ciel" (Mt 22/30)

7. Peut on se marier dans une église si on ne veut pas faire baptiser ses enfants ?

Ce n’est pas possible. Pour se marier chrétiennement il faut s’engager à faire baptiser ses enfants et à leur donner une éducation chrétienne. Cette condition du mariage est fondamentale.

8. Peut on se marier dans une église si on veut laisser ses enfants libres de choisir ?

Il est possible de se marier dans une église à condition que l’on s’engage à donner à ses enfants une éducation religieuse suffisante, en les envoyant au catéchisme, pour qu’ils puissent faire un choix en connaissance de cause.

9. Les prêtres catholiques ne peuvent pas être mariés

L’Église catholique de rite latin n’ordonne prêtres que des hommes célibataires, pour plusieurs raisons : d’abord pour montrer que le prêtre consacre toute sa vie à Dieu et à l’humanité dans un amour exclusif. Ensuite pour favoriser la disponibilité du prêtre à sa mission. Le prêtre choisit de vivre le célibat à l’exemple de Jésus et par le célibat il acquiert une paternité spirituelle.

Cependant, il existe d’autres églises catholiques unis à Rome dans lesquelles on ordonne prêtres des hommes mariés, par exemple dans des églises de rite byzantin, ukrainien, maronite... Il en est ainsi dans beaucoup de pays du moyen-orient. Il y a ainsi environ 5000 prêtres catholiques mariés. Mais on n’ordonne évêque que des prêtres célibataires.

Jean Paul II a donné son accord à plus de 220 ordinations d’hommes mariés, le plus souvent pères de famille, anciens pasteurs protestants ou anglicans.

Mariage d’un catholique avec un chrétien non catholique (orthodoxe, protestant...)

1. Conditions du mariage

Une personne catholique, ou même simplement catéchumène peut se marier dans une église catholique avec une personne protestante ou orthodoxe et le mariage entre deux baptisés est sacramentel, mais le prêtre qui prépare le mariage doit demander à l’évêché une dispense qu’on appelle "dispense de religion mixte". Le catholique fait la promesse de "faire son possible" pour que ses enfants soient baptisés et éduquer dans l’Église catholique, en respectant les exigences de conscience de son conjoint. Sur ce point aucune promesse n’est demandée au non catholique.

2. Célébration du mariage

De plus, l’évêché peut donner l’autorisation que le mariage ne soit pas célébré par un prêtre dans une église catholique, mais par un pasteur au temple ou par un célébrant orthodoxe dans son église. Dans ce cas, il n’est pas nécessaire qu’un prêtre catholique participe à la cérémonie. On appelle cette procédure "dispense de forme canonique". - Il n’est pas permis d’organiser deux cérémonies, dans chacune des confessions, car cela reviendrait à échanger deux fois les consentements.

3. Mariage entre catholique et orthodoxe

Conditions du mariage - Le mariage à l’église catholique d’un catholique avec un orthodoxe est possible, mais il faut obtenir de l’évêché une dispense de "religion mixte". Il peut être célébré à l’église orthodoxe, mais il n’est valide que si le catholique a reçu de l’Église catholique une dispense de "religion mixte" et de "forme canonique". Étant donnée la diversité des situations et des Églises orthodoxes, il faut consulter le délégué diocésain à l’œcuménisme.

4. Mariage entre catholique et protestant

Aujourd’hui, 9 protestants sur 10 épousent un ou une catholique, les cérémonies œcuméniques sont donc habituelles.

Conditions du mariage - Le mariage à l’église catholique d’un catholique avec un protestant est possible, mais il faut obtenir de l’évêché une dispense de "religion mixte". Il peut être célébré au temple par un pasteur, mais il n’est valide, aux yeux de l’Église catholique, que si le catholique a reçu de l’autorité de son diocèse une dispense de "religion mixte" et de "forme canonique". Les époux doivent s’engager à instruire leurs enfants de la foi chrétienne de l’une ou l’autre confession.

Célébration - Pour le mariage avec un protestant, la célébration peut se faire avec des représentants des deux "confessions", soit à l’église, soit au temple. Lorsque un pasteur et un prêtre officient ensemble, il est fréquent est la liturgie soit plutôt confiée au prêtre et la prédication au pasteur, Il est recommandé que le mariage ne comporte pas d’eucharistie.

Mariage interreligieux d’un catholique avec un non baptisé (juif, musulman...)

1. Un catholique peut-il se marier avec une personne non chrétienne ?

Le mariage est possible, mais il faut que la paroisse demande à l’évêché une "dispense de disparité de culte". Elle est pratiquement toujours accordée si la personne non chrétienne est en accord avec les éléments essentiels du mariage chrétien (liberté, fidélité, indissolubilité et ouverture à la fécondité). On demande à la personne catholique de faire tout ce qui dépend d’elle pour assurer le baptême et l’éducation de ses enfants dans la communauté catholique.

Dans cette situation le mariage n’est pas sacramentel, car il faut être baptisé pour qu’il y ait sacrement. Le mariage n’est pas sacramentel même pour la personne baptisée, en effet l’union des époux chrétiens est l’expression de l’union du Christ et de l’Église (Eph 5, 23-32). Quoique non sacramentel, le mariage est cependant indissoluble.

Célébration - La cérémonie est actuellement la même que pour un mariage sacramentel (jadis la cérémonie avait lieu à la sacristie), c’est la réalité spirituelle qui est différente. Un mariage non sacramentel créé un lien entre les époux, mais ne donne pas la grâce du sacrement qui est une force spirituelle pour la vie conjugale et familiale. Si la personne non baptisée reçoit plus tard le baptême, le mariage devient sacramentel, sans aucune formalité. Quand l’un des deux époux n’est pas chrétien, il convient de célébrer le mariage sans eucharistie.

2. Mariage entre catholique et juif

Pour l’Église catholique, le mariage est possible avec un juif. Il faut une dispense de "disparité de culte".
Soucieux de préserver le judaïsme qui, au long de l’Histoire, n’a jamais approuvé le mariage de juifs avec des non-juifs, la plupart des rabbins refusent absolument de célébrer un mariage entre un(e) catholique et un(e) juif(ve). La présence d’un Rabbin au cours de la célébration religieuse avec un prêtre risque donc d’être mise en cause.
Il est possible d’obtenir la permission de célébrer le mariage dans un autre lieu qu’une église ou une chapelle afin de faciliter la présence de la famille juive.

Mariage juif

Documents sur les mariages judéo - chrétiens

3. Mariage entre catholique et musulman, islamo-chrétien

Le nombre de mariages entre catholique et musulman, mariage islamo-chrétiens augmente actuellement beaucoup en France. À cause des différences socioculturelles importantes, on doit réfléchir sérieusement sur les points essentiels de la vie de couple, car ces différences peuvent être source de conflits et de difficultés qui seraient un obstacle à un bonheur durable. Dans chaque diocèse il y a un prêtre spécialiste du problème du mariage avec un musulman. Il faut le consulter.

Pour l’Église catholique, le mariage est possible entre catholique et musulman, avec une dispense de "disparité de culte". Mais, l’Islam, qui permet à un musulman d’épouser une femme chrétienne, refuse qu’une femme musulmane épouse un chrétien.

Documents sur les mariages catholique et musulman, mariage islamo - chrétiens

    Partager cet article :

Vous souhaitez contacter le Cybercuré ?

Vous avez aimé cet article ?

Le Cybercuré
Iconographie

Cybercuré remercie particulièrement ces personnes pour leur contribution au graphisme et aux photos du site.

Banque d'images religieuses Visiter le site

Photos de Muriel Bergasa Visiter le site

Les archives de Cybercuré

Accès aux actualités archivées du site

Cliquez ici

Accès à l'ancien site

Cliquez ici