Histoire du mariage catholique

Histoire de la cérémonie du mariage catholique

L’histoire de la cérémonie du mariage en Occident est assez complexe. Nous notons ici seulement quelques aspects marquants et nous verrons ensuite l’histoire de la théologie du mariage.

Dans les Églises d’Orient, la cérémonie du mariage a suivi une évolution différente de celle de l’Occident. C’est la bénédiction divine des époux par le prêtre qui fait le mariage. Le mystère du mariage s’accomplit quand le couple communie ensemble en public.

1. Histoire de la cérémonie - Le mariage à l’époque des "pères de l’Église" (du II° au VI° siècle)

À l’origine, il n’y a pas de rite spécifique du mariage dans l’Église. Les chrétiens se marient selon les modalités de leur différentes cultures et les traditions locales : rôle du père, dot, don d’un anneau, entrée de la femme dans la maison de son mari. En Orient, on tient une couronne de fleurs au dessus des mariés. En Occident, il s’agit généralement d’un voile. La présence du prêtre n’est pas obligatoire et peu pratiquée. Il ne célèbre pas le mariage.

2. Histoire de la cérémonie - Rites spécifiques du mariage chrétien au XI° siècle

Ce n’est qu’au XI° siècle en Occident que l’Église institue un rite spécifique du mariage religieux. L’échange des consentements pouvait se faire à la porte de l’église avant la bénédiction nuptiale et la messe. Puis au XII° le tout se fait dans une même cérémonie.

3. Histoire de la cérémonie - Le Concile de Trente (24ème session en 1563)

Le concile de Trente a mis au premier plan la célébration religieuse du mariage.

Avant le concile de Trente, le mariage était normalement accompagné de rites religieux (bénédiction des anneaux ...), mais ceux-ci n’étaient pas requis pour la validité. Les mariages conclus par le seul échange des consentements en l’absence de témoin n’étaient pas autorisés, mais ils étaient considérés comme des mariages valides.

Pour lutter contre ces "unions clandestines", le concile de Trente a décrété que le mariage n’est valide et sacramentel que s’il est fait en présence du curé compétent et de deux témoins.

4. Histoire de la cérémonie - Le rituel du mariage d’après le concile Vatican II (1969)

Le rituel de 1969 est une mise en œuvre de la réforme liturgique voulue par le concile Vatican II.

Il comporte d’abord une liturgie de la Parole avec un prière universelle et il offre un choix de textes de la Bible et de l’Évangile.

Le rituel de 1969 modifie aussi l’expression des consentements. Dans le rituel d’avant le concile, le célébrant interrogeait chacun des futurs époux " N. voulez vous prendre pour légitime épouse (époux) N. ici présente selon le rite de notre mère la sainte Église" et il répondait "oui, je le veux". Puis, il disait aux époux qui se donnaient la main droite "Ego conjungo vos in matrimonium. In nomine Patris et Filii et Spiritus Sancti. Amen" en faisant le signe de croix. La bénédiction des alliances et la bénédiction nuptiale étaient faite aussi en latin.

L’échange des consentements se fait par un dialogue entre les fiancés et non par des réponses aux questions du prêtre. Puis le prêtre dit "Désormais vous êtes unis par Dieu dans le mariage". Ensuite, il bénit les alliances. Enfin le rituel propose au choix plusieurs formules de bénédiction nuptiale.

5. Histoire de la cérémonie - Le nouveau rituel du mariage (1990 en latin, 2005 en français)

Un nouveau rituel du mariage a été publiée par le pape Jean-Paul II en 1990 à Rome. La traduction et l’adaptation en français vient de paraître en 2005.

Le rituel de 1990/2005 revalorise la bénédiction nuptiale et le rôle du prêtre ou du diacre. Celui-ci en prononçant la bénédiction nuptiale tient désormais les mains étendues au-dessus des nouveaux époux, à la manière de l’évêque au moment d’une confirmation et d’une ordination. La bénédiction nuptiale comporte une invocation à l’Esprit Saint pour qu’il donne aux nouveaux époux sa force et sa grâce. Il est possible de placer cette bénédiction immédiatement après l’échange des alliances, plutôt qu’après le Notre Père.

Pendant l’échange des consentements, le prêtre ou le diacre est invité à étendre la main en direction des époux ou à la poser sur leurs mains jointes.

La célébration comporte d’autres modifications significatives, mais moins importantes.

Histoire de l’anneau de mariage

Il faut distinguer la cérémonie de bénédiction des anneaux et le port de l’anneau.

1. Dans la Rome Antique

Ce n’est pas un anneau de mariage, mais un anneau de fiançailles. La remise de l’anneau, au cours d’une cérémonie familiale, est une promesse de mariage. C’est le symbole d’une alliance entre deux familles.

2. Au Moyen-Âge, à partir du XII° siècle

Dans la cérémonie du mariage religieux, après l’échange des consentements, le prêtre bénit et remet l’anneau.

En France, on porte l’anneau à la main droite et plus tard c’est à la main gauche à cause des travaux manuels.

3. Au XIX° siècle

Jusqu’au XIX° siècle, c’était la femme qui portait l’anneau. Ce n’est qu’à partir du milieu du XIX° siècle que l’homme porte aussi l’anneau.

Petite histoire de l’anneau nuptial

Histoire de la théologie du mariage en occident

1. Le mariage comme sacrement

Selon saint Paul, le mariage des chrétiens est le signe visible (le symbole) d’une réalité spirituelle : l’union et l’amour du Christ et de l’Église. Cependant pendant longtemps en Occident, le mariage n’a pas été clairement considéré comme un sacrement. C’est au IV° siècle concile du Latran en 1215 que le mariage est intégré dans la liste officielle des sept sacrements de l’Église.

2. La finalité du mariage

L’Église a d’abord adopté la conception de l’antiquité grecque et romaine selon la quelle la procréation et l’éducation des enfants était le seul but du mariage. La théologie de saint Augustin a repris cette conception. De plus, à la suite de saint Paul, on a présenté l’union sexuelle dans le mariage comme un "remède à la concupiscence" parce que l’activité sexuelle est considérée comme une conséquence du péché originel.

Le concile Vatican II (Gaudium et spes en 1965) a modifié la présentation de la finalité du mariage. Il a affirmé que le mariage n’a pas seulement pour fin la procréation, mais aussi l’amour et le bonheur des époux. La sexualité est ainsi réhabilitée.

3. Documents sur l’histoire du mariage

    Partager cet article :

Vous souhaitez contacter le Cybercuré ?

Vous avez aimé cet article ?

Le Cybercuré
Iconographie

Cybercuré remercie particulièrement ces personnes pour leur contribution au graphisme et aux photos du site.

Banque d'images religieuses Visiter le site

Photos de Muriel Bergasa Visiter le site

Les archives de Cybercuré

Accès aux actualités archivées du site

Cliquez ici

Accès à l'ancien site

Cliquez ici