Les prêtres traditionalistes - les prêtres intégristes

Traditionaliste ou intégriste ?

Les expressions "traditionaliste" et "intégriste" sont assez vagues et recouvrent des réalités bien différentes que souvent on différencie mal. Pour voir plus clair, il faut distinguer : le rite liturgique de saint Pie V et le rattachement au Pape. On peut appeler "traditionalistes" les prêtres attachés au rite de saint Pie V, mais qui sont unis à Rome et appeler "intégristes" les prêtres qui font partie de la Fraternité Saint-Pie X et qui ne sont pas en pleine communion avec le Pape.

PRÊTRES TRADITIONALISTES

PRÊTRES INTÉGRISTES

Mgr Lefebvre, la Fraternité Saint-Pie X et le séminaire d’Écône

1. Fondation de La Fraternité sacerdotale Saint-Pie X

Mgr Lefebvre, à la suite du Concile Vatican II, a fondé La Fraternité sacerdotale Saint-Pie X dans le diocèse de Fribourg en 1970. Il a fondé en 1971 un séminaire pour donner aux futurs prêtres une formation fidèle à la tradition. Ce séminaire international Saint-Pie X est situé à Écône dans le canton du Valais en Suisse. On l’appelle habituellement : séminaire d’Écône.

2. Doctrine de La Fraternité Saint-Pie X

Elle reproche au Concile Vatican II d’avoir été infidèle à la tradition de l’Église et d’avoir abandonné des aspects fondamentaux du catholicisme. L’opposition porte surtout sur des points de doctrine : la liberté religieuse, l’œcuménisme, la notion de Tradition, les relations de l’Église et de l’État.

Elle rejette la liturgie de Paul VI qu’ elle considère comme hérétique. Elle lui reproche d’avoir sacrifié le caractère sacré de la liturgie et particulièrement du sacrifice de la messe. Elle célèbre la liturgie selon le rite dit de Saint-Pie V.

Dans la Fraternité Saint-Pie X il y a plusieurs tendances. Il existe un courant plus modéré, dont fait parti Mgr Fellay, qui est favorable à une réconciliation avec l’église catholique. Il existe aussi une ligne dure selon laquelle le siège de Rome serait vacant et le pape actuel non légitime ; Mgr Williamson, évêque anglais sacré par Mgr Lefebvre, refuse toute idée d’un accord avec Rome. Il a été exclu de la Fraternité en 2012.

3. Organisation et extension de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X en 2006

Le supérieur général est Mgr Bernard Fellay. Un chapitre général a eu lieu à Écône le 11 juillet 2006.

La Fraternité a 4 évêques (Mgr Fellay, Mgr Tissier de Mallerais, Mgr Galarreta) et regroupe 491 prêtres (en mars 2009). Mgr Williamson a été exclu de la Fraternité le 23 octobre 2012.
Elle a 6 séminaires dans le monde avec 178 séminaristes (France, Allemagne, Suisse, Argentine, Australie, États-Unis). Elle revendique 150.000 fidèles, et même plus, particulièrement en France et au Brésil. Elle est installée dans 32 pays.

Contrairement à ce qui est dit parfois, elle est moins nombreuse que l’Église vieille-catholique (Union d’Utrecht ) qui compte environ 500 000 fidèles (APIC, Dictionnaire des religions sous la direction de Paul Poupard - PUF -1984).

En France, la Fraternité Saint-Pie X compte 110 prêtres, 60 séminaristes français, 36 frères, 20 oblates, 80 soeurs, 35 prieurés, 170 centres de messe desservis chaque dimanche et 40.000 fidèles. En Allemagne, ils ne sont que 10 000 sur les 25 millions de catholiques allemands.

4. Les sacrements de la Fraternité Saint-Pie X sont-ils valides aux yeux de l’Église catholique ?

L’ordination, le baptême, l’eucharistie, la confirmation et l’onction des malades sont valides. Les évêques et les prêtres ont le pouvoir, mais pas le droit, de conférer ces sacrements.

L’absolution et le mariage sont invalides car ils dépendent de la juridiction de l’évêque uni à Rome. Cependant en cas d’erreur commune, ils peuvent être valides car l’Église supplée le manque de juridiction (code de droit canonique, canon 144).

Documentation sur le séminaire d’Écône et la Fraternité Saint-Pie X

Documentation catholique

Documentation de la Fraternité

EXCOMMUNICATION ET LEVÉE DE L’EXCOMMUNICATION DES ÉVÊQUES INTÉGRISTES

1. Excommunication de La Fraternité Saint-Pie X

Le 30 juin 1988, Mgr Lefebvre a sacré quatre évêques à Écône sans l’autorisation du Vatican : le Suisse Bernard Fellay, le Français Bernard Tissier de Mallerais, l’Anglais Richard Williamson et l’’Espagnol Alfonso de Galarreta. Le 1er juillet 1988 le Saint-Siège publie un décret constatant l’excommunication latae sententiae de Mgr Lefebvre, de l’évêque co-consécrateur Mgr Antonio de Castro Mayer et des quatre évêques ordonnés illicitement.

Le schisme intégriste

Cet acte a créé le schisme et a entraîné l’excommunication ipso facto (retranche entièrement de la communion de l’Église et exclu de la communauté des fidèles) de Mgr Lefebvre. Le pape Jean-Paul II a déclaré le 2 juillet 1988 que "Nul ne doit ignorer que l’adhésion formelle au schisme constitue une grave offense à Dieu et comporte l’excommunication prévue par le droit de l’Église." (Lettre Apostolique "Ecclesia Dei" de Jean-Paul Il le 2 juillet 1988). Ce schisme intégriste compte 150.000 fidèles et 470 prêtres.

2. Levée de l’excommunication des évêques intégristes

Le pape Benoît XVI a fait une priorité de son pontificat de mettre fin à ce schisme de plus de vingt ans. Et on ne peut comprendre cette initiative qu’en la situant dans le dessein bien plus vaste qui est celui de Benoît XVI, le rapprochement avec l’orthodoxie.

L’excommunication des évêques intégristes a été levée par un décret de la congrégation des évêques le 21 janvier 2009. Le décret a été rendu public le 24 janvier. Cette levée de l’excommunication des 4 évêques a été demandée par Mgr Fellay, Supérieur général de la Fraternité Saint-Pie X par sa lettre du 15 décembre 2008. "l’excommunication canonique des évêques pour les ordinations illégales a été révoquée, mais il reste l’excommunication sacramentelle, de facto, pour le schisme ; ils se sont éloignés de la communion avec l’Église". La levée de l’excommunication des évêques intégristes n’a pas changé la situation juridique de la Fraternité Saint Pie X. Elle ne jouit d’aucune reconnaissance canonique dans l’Eglise catholique. Le pape a écrit une lettre pour expliquer toute cette démarche : LETTRE DE SA SAINTETÉ BENOÎT XVI AUX ÉVÊQUES DE L’ÉGLISE CATHOLIQUE AU SUJET DE LA LEVÉE DE L’EXCOMMUNICATION DES QUATRE ÉVÊQUES CONSACRÉS PAR MGR LEFEBVRE (10 mars 2009)

3. La suspense des évêques et des prêtres

Ces quatre évêques demeurent excommuniés. Il ne leur est donc pas permis légalement d’exercer leur ministère épiscopal. Mgr Fellay aura besoin d’une autorisation papale pour ordonner des prêtres, parce qu’il n’a pas le statut d’évêque à part entière.

Quant aux prêtres de la Fraternité Saint-Pie X, ils sont frappés par une peine d’excommunication, qui pour l’essentiel leur interdit de célébrer les sacrements (sauf exceptions). Cette peine frappe ceux qui ont reçu des ordres sacrés d’un évêque suspens ou excommunié. À tout le moins, ces prêtres sont considérés officiellement comme excommuniés, Ils n’ont pas le droit d’exercer les ordres reçus.

4. Levée de l’excommunication de Mgr Williamson négationniste

Mgr Richard Williamson, l’un des quatre évêques intégristes a mis en doute l’existence des chambres à gaz dans un entretien diffusé par une télévision suédoise le 22 janvier 2009, au lendemain du décret de la levée des excommunications, et deux jours avant sa publication : "Je crois qu’il n’y a pas eu de chambres à gaz (...) Je pense que 200.000 à 300.000 Juifs ont péri dans les camps de concentration mais pas un seul dans les chambres à gaz", avait-il dit.

La levée de l’excommunication a suscité des réactions indignées et elle a entraînée la rupture des relations du Grand Rabbinat d’Israël avec le Vatican. Le 4 février 2009, après de vives critiques de la chancelière allemande Angela Merkel sur la levée de l’excommunication de Mgr Richard Williamson, le Saint-Siège, plus précisément la Secrétairerie d’état, exige que l’évêque négationniste prenne "sans équivoque et publiquement ses distances" avec ses déclarations sur la Shoah avant d’être admis aux fonctions épiscopales dans l’Église catholique.

Le 8 février, malgré l’injonction du Vatican, Mgr Williamson persiste dans une interview à l’hebdomadaire Der Spiegel. 56% des catholiques allemands estiment que le pape devrait annuler la levée de l’excommunication du prélat négationniste. C’est ce qu’a dit aussi le 13 février le prix Nobel de la paix Elie Wiesel.

Le 10 mars, dans une lettre aux sujet de la levée de l’excommunication, puis dans son livre d’entretiens "lumière du monde" le pape Benoît XVI a déclaré qu’il ne "savait pas" les positions antisémites de Mgr Williamson, surtout que celui-ci n’avait pas été catholique, mais anglican.

Documentation sur les camps d’extermination

VERS LA PLEINE COMMUNION AVEC L’ÉGLISE

1. Marche vers la pleine communion

La levée de l’excommunication des évêques intégristes n’est pas une réhabilitation, elle constitue le point de départ d’un long chemin qui supposera un dialogue précis. Le pape a posé un geste pour avancer dans "le dialogue de la charité". Il a aussi exprimé les fruits qu’il en attend : « Je souhaite que mon geste soit suivi d’un engagement diligent de leur part à accomplir les pas ultérieurs nécessaires pour réaliser la pleine communion avec l’Église, en témoignant ainsi une vraie fidélité et une vraie reconnaissance du magistère et de l’autorité du pape et du concile Vatican II ».

2. Conditions de la reconnaissance de la Fraternité Saint-Pie X

Le pape a posé comme « conditions indispensables » à une « future reconnaissance » de la Fraternité Saint-Pie X « la pleine reconnaissance du Concile Vatican II et du magistère des Papes Jean XXIII, Paul VI, Jean-Paul Ier, Jean-Paul II et de Benoît XVI ». La reconnaissance du concile Vatican II comporte en particulier le décret sur la liberté religieuse, le décret sur le dialogue interreligieux et l’engagement sur les voies d’un rapprochement avec les autres Églises et communautés chrétiennes.

3. Sujets à négocier

Pour le "dialogue" proposé à la Fraternité par le Vatican, aucun calendrier n’a encore été fixé. Après la levée de l’excommunication des 4 évêques, il reste donc à négocier le statut de la Fraternité Saint-Pie X et sa réintégration complète à l’Église catholique romaine. Les intégristes vont-ils former une Église dans l’Église en continuant de réclamer le retour à la « Tradition » ?

Documents

Textes officiels

Presse

    Partager cet article :

Vous souhaitez contacter le Cybercuré ?

Vous avez aimé cet article ?

Le Cybercuré
Iconographie

Cybercuré remercie particulièrement ces personnes pour leur contribution au graphisme et aux photos du site.

Banque d'images religieuses Visiter le site

Photos de Muriel Bergasa Visiter le site

Les archives de Cybercuré

Accès aux actualités archivées du site

Cliquez ici

Accès à l'ancien site

Cliquez ici