Fête Dieu - Solennité du corps et sang du Christ

L’origine de la fête du Saint sacrement remonte au XIII° siècle. Jusque là il n’y avait ni office ni exposition du Saint sacrement. On conservait seulement la Sainte réserve pour les mourants et les malades.

La fête du Saint-Sacrement

1. Origine de la Fête du Saint-Sacrement

L’origine de la fête du Saint sacrement remonte au XIII° siècle. Jusque là il n’y avait ni office ni exposition du Saint sacrement. On conservait seulement la Sainte réserve pour les mourants et les malades. C’est encore actuellement la situation dans l’Église orthodoxe. La fête du Corpus Christi (Fête Dieu) est apparue au XIII° siècle à la suite d’une vision qu’a eu vers 1210 une religieuse, sainte Julienne de Cornillon, du diocèse de Liège. Le premier formulaire d’une messe en l’honneur du Saint sacrement a été composé en 1246 dans le diocèse de Liège. Puis on a utilisé un nouveau formulaire, œuvre de saint Thomas d’Aquin.

2. Histoire de la fête du Saint-Sacrement

Le pape Urbain IV en 1264 rendit la fête du Saint sacrement obligatoire pour l’Église universelle, mais cette fête a eu de la peine à s’imposer chez les évêques et les théologiens. Puis elle est devenue une fête très populaire, très célèbre en Espagne. Elle a été supprimée dans les pays protestants, mais cependant gardée par l’Église anglicane. Cette fête était appelée fête du Corpus Christi ou fête du Saint Sacrement. Le nom de Fête Dieu n’existe qu’en français.

Même si après la mort d’Urbain IV la célébration de la fête du Corpus Domini se limita à certaines régions de France, d’Allemagne, de Hongrie et d’Italie du nord, ce fut un autre Pape, Jean XXII, qui en 1317 lui redonna cours pour toute l’Eglise. Depuis lors, la fête connut un développement merveilleux, et elle est encore très appréciée du peuple chrétien.

3. Prière pour la fête du Saint sacrement

Mon Seigneur et mon Dieu,
je me prosterne humblement
et vous adore.
Je me sens impuissant à considérer
votre immense bonté,
votre amour infini dans la sainte Hostie.
Puis je me reconnais incapable
d’égaler ma gratitude
à cet incompréhensible bienfait,
plus je vous supplie avec instance
de mettre vous-même dans mon cœur,
les sentiments qui me manquent.
Faites que votre amour me détache
du monde et de moi-même,
et me suggère les paroles
qui peuvent mieux vous exprimer
mon désir de vous aimer et d’être,
à la vie, à la mort,
tout à votre divin Cœur

La procession

1. Historique de la procession de la Fête Dieu

Le pape Jean XXII en 1318 a ordonné de porter l’eucharistie, le jour de la Fête du Saint sacrement (Fête Dieu), en cortège solennel dans les rues et sur les chemins pour les sanctifier et les bénir. C’est à ce moment qu’apparaît l’ostensoir. Elle se répand dans tout l’occident aux 14° et 15°siècles. Le concile de Trente (1515-1563) approuve cette procession de la Fête Dieu qui constitue une profession publique de foi en la présence réelle du Christ dans l’eucharistie. Le défilé du Saint sacrement est encore très populaire en Italie et en Espagne. Mais en France, la procession de la Fête Dieu se fait rarement, sauf dans de nombreux villages du Pays Basque.

2. Description de la procession de la Fête Dieu

Pendant la procession de la Fête Dieu le prêtre portait l’eucharistie au milieu des rues et des places richement pavoisées de draperies et de guirlandes. On abritait le Saint sacrement sous un dais somptueux porté par quatre notables. On faisait aussi une station à un reposoir, sorte d’autels couverts de fleurs. L’officiant encensait et bénissait le peuple avec l’eucharistie. On marchait sur un tapis de pétales de rose que des enfants jetaient sur le chemin du Saint Sacrement. Cela constituait un vrai spectacle.

3. L’ostensoir

L’ostensoir est un objet liturgique destinée à contenir l’hostie consacrée, à l’exposer à l’adoration des fidèles et à bénir les fidèles.

4. Le reposoir de la Fête Dieu

Le reposoir de la procession de la Fête Dieu est un temps fort de l’adoration du Saint Sacrement. Le cortège de la Fête Dieu fait une station à un reposoir, sorte d’autel décoré ou couverts de fleurs. Au reposoir, l’officiant encense l’eucharistie et bénit le peuple avec l’ostensoir. Le reposoir peut être situé en plein air ou dans une salle. Sur le trajet il y en a parfois plusieurs. Après une station à un reposoir, on se rendait à un autre reposoir

5. Renouveau de la procession du Saint sacrement

L’archevêché de Paris veut remettre à l’honneur la procession du Saint sacrement et organise des cortèges pour la fête du corps et du sang du Christ. En 2007, 5.000 personnes s’étaient retrouvées à Notre-Dame pour une veillée de prière puis une procession du Saint sacrement à Montmartre. En 2008, l’archevêque de Paris, Mgr André Vingt-Trois, a présidé samedi une veillée à Saint-Augustin (VIIIe), A suivi une marche dans la nuit jusqu’à la basilique du Sacré-Cœur à Montmartre (XVIIIe) qui est restée ouverte toute la nuit. Le lendemain dimanche, une vingtaine de paroisses parisiennes ont marqué cette fête de l’Eucharistie. En 2008, il y a une procession du Saint sacrement de l’Église Notre-Dame de Clignancourt au Sacré-cœur de Montmartre Les enfants précèdent le Saint Sacrement avec pétales de fleurs et bannières comme à la traditionnelle procession de la Fête Dieu. - Ce renouveau à lieu aussi dans d’autres villes, par exemple à Toulon.

Fête du corps et du sang du Christ

1. Sens de la Fête du corps et du sang du Christ

Depuis la réforme liturgique du concile Vatican II la Fête Dieu est appelée "Fête du Saint sacrement du corps et du sang du Christ". La Fête du Corps et du Sang du Christ commémore l’institution du sacrement de l’eucharistie. Elle est un appel à approfondir le sens de l’eucharistie et sa place dans notre vie. Cette fête est la célébration du Dieu d’amour qui se révèle en donnant son corps et son sang, en se donnant à nous comme nourriture de vie éternelle. Le sens de la fête du corps et du sang du Christ est un peu différent de celui de la Fête Dieu qui était plus centrée sur l’adoration de la présence réelle du Christ.

2. Messe de la Fête du corps et du sang du Christ

La messe de la Fête du corps et du sang du Christ (fête de Corpus Christi) est dite en ornement blanc. La procession a presque complètement disparue. Au cours de la messe on est habituellement invité à communier au corps et au sang comme le Jeudi saint. On fait souvent la première communion le jour de la fête du corps et du sang du Christ.

3. Date de la Fête du corps et du sang du Christ

La date de la Fête du corps et du sang du Christ (fête de Corpus Christi), comme la date de la Fête du Saint sacrement ou la date de la Fête Dieu, est en principe le jeudi qui suit la fête de la Sainte Trinité c’est-à-dire soixante jours après Pâques. Mais en France depuis le concordat de 1801 et dans plusieurs pays la Fête du corps et du sang du Christ est repoussée au dimanche qui suit la Sainte Trinité en vertu d’un indult papal pour permettre la participation de tous les fidèles. En effet ce jeudi n’est pas un jour férié en France alors qu’il l’est dans certains pays comme la Belgique, la Suisse, certaines parties de l’Allemagne, l’Autriche, la Pologne, le Portugal, l’Espagne...

4. Textes et lectures de la messe de la Fête du Corps et du Sang du Christ

Les textes, les lectures de la messe de la fête du corps et du sang du Christ ( fête de Corpus Christi ) sont différents pour les années A, B et C.

Fête du Corps et du Sang du Christ, année A (2008, 2011)

Année B (2009,2012)

Année C (2010,2013)

5. Homélies de la messe de la Fête du Corps et du Sang du Christ

Les homélies de la messe de la Fête du Corps et du Sang du Christ ( fête de Corpus Christi ) sont différentes, comme les lectures, pour les années A, B et C.

Homélie (Année A)

Homélie (Année B)

Homélie (Année C)

6. Prière universelle de la messe de la Fête du Corps et du Sang du Christ

Voici un exemple de prière universelle de la messe de la fête du corps et du sang du Christ centrée sur le pain de la parole et le pain de l’amour, nourriture qui fait vivre.

Tout le monde a besoin de pain pour vivre. Le pain matériel, pour nourrir le corps. Le pain de la Parole, pour nourrir l’âme. Et le pain de l’amour, pour nourrir le cœur. Laissons monter vers le Seigneur notre prière et demandons-lui de combler toutes nos faims.

Dieu très-haut, écoute-nous.

— Seigneur, viens au secours des affamés ; accorde-leur le pain sans lequel la vie n’est plus possible.

— Dieu de la vie, viens au secours des assoiffés de sens : conduis-les vers les puits d’eau vive.

— Père de toute bonté, viens en aide à tous ceux et celles qui, partout dans le monde, luttent contre la faim : donne-leur le courage nécessaire à leurs efforts.

— Roi du ciel et de la terre, viens en aide à ceux et celles qui cherchent à transmettre du courage aux désespérés de toutes sortes : accorde-leur d’être de véritables témoins de sens.

Dieu de tendresse et d’amour, toi qui ne cesses de nourrir ton peuple avec générosité afin qu’il parvienne là où tu veux le conduire, entends notre prière : accorde à tous tes enfants la nourriture qui fait vivre. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

Autre Prière universelle de la messe de la Fête du Corps et du Sang du Christ

Refrain : Seigneur nourris le monde du pain de ton amour

    Partager cet article :

Vous souhaitez contacter le Cybercuré ?

Vous avez aimé cet article ?

Le Cybercuré
Iconographie

Cybercuré remercie particulièrement ces personnes pour leur contribution au graphisme et aux photos du site.

Banque d'images religieuses Visiter le site

Photos de Muriel Bergasa Visiter le site

Les archives de Cybercuré

Accès aux actualités archivées du site

Cliquez ici

Accès à l'ancien site

Cliquez ici